1. Sacred Destinations
  2. France Photos
  3. Caen Photos
  4. Abbaye aux Dames
  5. Abbaye aux Dames Photos
  6. Abbaye aux Dames

Photo of Abbaye aux Dames

Eglise La Trinité (Abbaye aux Dames) à Caen

Eglise romane La Trinité (Abbaye aux Dames) ; commune de Caen, Calvados 14, Basse-Normandie, France La façade L'impression première, quand on aborde la Trinité, est certainement moins favorable qu'à Saint-Étienne : la façade occidentale ne té­moigne ni de la même simplicité ni du même talent. Les reprises y ont été trop nombreuses pour qu'une idée d'ensemble s'en dégage... Dans l'état actuel, qui diffère fort de celui que les premiers architectes avaient projeté, la disposition générale évoque l'Abbaye-aux-Hommes : deux tours carrées encadrent la façade rectiligne de la nef. L'élévation des tours compte quatre niveaux, dont les trois premiers sont, comme à Saint-Etienne, épaulés par de solides contreforts d'angle. Mais les ressem­blances s'arrêtent à peu près là. Les proportions sont autres entre les pleins et les vides. Les tours sont relativement plus larges - beaucoup plus larges que les collatéraux qu'elles pré­cèdent - et leurs parties basses ne forment pas avec la façade de la nef cette unité organique si puissamment soulignée à Saint-Étienne. Le mur disparaît derrière son décor. Si les moyens architecturaux sont très proches, l'esthétique est tout autre. Elle résulte d'ailleurs de nom­breux tâtonnements, échelonnés sur un temps prolongé. Prenons d'abord les tours. Leur étage infé­rieur est presque évidé par des porches latéraux très élevés. Le second niveau est à peu près nu, sauf une petite baie en plein cintre non moulurée au milieu de chaque face. Le troi­sième est décoré d'arcatures plaquées. Quel contraste avec les trois niveaux presque iden­tiques des souches de la façade de Saint-Étienne ! Ici le maître d'œuvre n'a pas su choisir une formule simple et s'y tenir : il a hésité entre plusieurs compositions un peu contradictoires. Peut-être eut-il ensuite une meilleure inspiration : le quatrième niveau est d'un bel élan. Comme à Saint-Étienne, il est couvert d'un tapis continu d'étroites arcatures très serrées; le décor, aux voussures et aux colonnettes d'angles, est toutefois un peu plus poussé. Mais l'œuvre romane ne va malheu­reusement pas plus loin : il manque deux étages à ces clochers pour s'élancer vraiment vers le ciel. Cet inachèvement a été masqué sous Louis XIV par des ajouts maladroits : une rangée d'œils-de-bœuf qui ne sont même pas réguliers, de lourdes gargouilles et une balustrade classique plus pesante encore. Il est probable, mais non prouvé, que des flèches en charpente existaient avant ce regrettable arrangement. Entre ces de

Photo kristobalite.